Retrouvez-nous sur

Le congé du proche aidant

Créé par la loi sur l’adaptation de la société au vieillissement, le congé de proche aidant entre en vigueur au 1er janvier 2017.

Ce congé fait partie des « congés d’articulation entre vie professionnelle et vie personnelle et familiale » définis par la loi Travail du 8 août 2016.

Anciennement appelé « congé de soutien familial », il permet à des salariés n’ayant pas accès à ce congé d’en bénéficier. Ainsi, les salariés s’occupant d’une personne handicapée ou en perte d’autonomie, avec laquelle il réside ou entretient des liens étroits et stables sans qu’ils soient liés par un lien de parenté, peuvent en faire la demande. Le congé peut également être demandé si la personne aidée ne peut plus rester en établissement d’accueil.

Le salarié peut cesser totalement son activité, travailler à temps partiel ou demander son congé sous forme fractionnée, à condition que la durée minimale de congé soit d’une journée. La durée totale du congé ne pouvant excéder 1 an (renouvellement compris).

Actuellement, le salarié souhaitant en bénéficier doit avoir 2 ans d’ancienneté. Dès le 1er janvier 2017, l’ancienneté est réduite à 1 an.

Vous souhaitez être informé(e) de nos prochains articles ? Inscrivez-vous ici