Retrouvez-nous sur

Identification de la maladie d’Alzheimer

IDENTIFICATION DE LA NATURE DE LA MALADIE D’ALZHEIMER

Suite de l’article sur la maladie d’Alzheimer, expliquée par Isabelle Colleau

Malgré les avancées technologiques et médicales, le diagnostic de la maladie est encore difficile à établir.

Pour faire le diagnostic, les médecins s’appuient sur un examen détaillé des antécédents médicaux de la personne :

  • Y a-t-il des cas de démence dans la famille ?

  • Le patient a-t-il souffert d’un accident vasculaire cérébral ?

  • Consomme-t-il de l’alcool ? des médicaments ?

     

Le médecin évalue ensuite les symptômes et leur impact sur la vie quotidienne.

Les séries de questions sont posées en compagnie d’un membre de la famille ou d’une personne proche connaissant bien la personne et avec qui elle sera en confiance pour répondre à ces questions concernant sa vie de tous les jours. Les questions varient en fonction de l’âge de la personne, si elle est à la retraite ou toujours en activité, s’il s’agit d’une femme ou d’un homme, etc.

85% du diagnostic de la maladie est fait par le médecin de famille et peut être complété ensuite avec un neurologue si les symptômes sont liés à une diminution de la mémoire récente avec des difficultés dans la vie de tous les jours, comme un ralentissement moteur ou intellectuel.

Nous sommes tous uniques et les soucis de mémoire que nous rencontrons à tout âge et toutes les frustrations qui s’additionnent également sont des ressentis propres à chaque individu. L’état de santé dans sa globalité ainsi que sa situation sont également des facteurs à prendre en compte pour déterminer la cause des pertes de mémoire.

Le cerveau capte 20% de l’énergie alimentaire consommée.

En cas de déficience de votre mémoire :

Pensez à vérifier :

 – Votre hypertension,

 – Votre taux de cholestérol et de sucre,

 – Le dosage des médicaments : antidépresseurs, hypnotiques, benzodiazépines, etc.

Après 30 ans, nos capacités de mémoire diminuent.

Nous perdons des milliers de neurones tous les jours et avec l’âge, la transmission de l’information d’un neurone à un autre se fait plus lentement. Les neurotransmetteurs nécessaires à cette transmission deviennent avec le temps plus faibles.

 

Les causes des pertes de mémoire peuvent être dues éventuellement par :

Un manque de sommeil,

Du stress (angoisses),

La dépression,

La ménopause (due aux hormones),

Un choc émotionnel,

L’hypertension,

Un taux de cholestérol élevé,

Des infections virales,

Des carences en vitamines,

Les troubles hépatiques,

Les troubles thyroïdiens,

Les accidents vasculaires cérébraux,

Les médicaments, le tabac et l’alcool,

Les interventions chirurgicales et les affections sanguines telles que l’anémie.

A partir de 20 ans, nous perdons 6 % des récepteurs à la dopamine par tranche de 10 ans.

Une fois la maladie établie, c’est tout un monde qui s’écroule. Il faut faire face à la nouvelle et envisager aussi l’évolution de la maladie dans le temps.

Car tout change. L’évolution de la maladie est propre à chacun et elle peut évoluer doucement, discrètement pendant 8 à 10 ans.

Les simples gestes de la vie de tous les jours deviennent une corvée, un poids, un désintérêt complet ou un simple oubli comme prendre son traitement, s’habiller, se laver, sortir, payer ses factures, se faire à manger, etc.

Il est souvent dur pour l’entourage de rester patient et surtout à l’écoute, et pourtant le calme doit être un élément indispensable autour du malade afin de limiter les sources d’angoisses.

60% des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer sont touchées par l’errance et la déambulation.

Suite dans le prochain article : L’EVOLUTION DE LA MALADIE D’ALZHEIMER