Retrouvez-nous sur

Aménagement de votre maison : conseils sécurité !

Les chutes sont les principales causes d’une entrée, qui plus est en urgence, en maison de retraite. Afin de sécuriser votre intérieur, voici quelques conseils de prévention à mettre en pratique si ce n’est déjà fait.

1 – Dans votre cuisine :

Vos ustensiles doivent être placés à une hauteur qui évite l’utilisation d’un escabeau. Faites le choix d’un robinet mitigeur thermostatique manipulable d’une main afin de conserver pour appui l’autre main.

2 – Dans votre salon :

Vos tapis doivent être fixés avec de l’adhésif double face afin d’éviter les risques de glisse. Vous pouvez également opter pour un antidérapant (tapis en forme de grillage) à glisser sous le tapis afin que celui-ci s’y aggripe. Adapter la hauteur de votre fauteuil afin de vous relever sans forcer sur vos genoux par exemple. Pensez à optimiser l’agencement de vos meubles pour vous libérer du passage.

3 – Dans vos toilettes :

Privilégier une ouverture de porte vers l’extérieur pour vous assurer une sortie plus facile. Pensez aux barres d’appui pour vous relever sans effort.

4 – Dans votre salle de bains :

Equipez douche et baignoire de tapis antidérapants. Posez des barres d’appui latérales pour limiter les risques de glisse. Pensez aux matériels spécialisés pour faciliter une douche assise (chaise ou tabouret de douche)

5 – Dans la chambre :

Votre lit doit être suffisamment haut afin de faciliter votre lever et votre coucher. Equipez vous d’une veilleuse, pour éviter les chutes en cas de levées nocturnes.

6 – Dans les escaliers :

Ne placez rien sur les marches. Adoptez une rampe de montée d’escaliers ainsi qu’un revêtement de sol non glissant (nez de marche).

7 – Dans le jardin :

Faites poser des éclairages automatiques pour éviter les chutes (chemins lumineux par exemple). Evitez le gravier, préférez des dalles non glissantes.

Vous ne savez pas par quoi commencer ? quel aménagement est le plus urgent pour vous ? Tout d’abord, parlez-en à votre médecin. Il se chargera de réalier le diagnostic et les prescriptions médicales et de matériels. S’ensuit l’intervention d’une ergothérapeute, qui réalisera le bilan de vos capacités fonctionnelles, de repérer les obstacles environnementaux et établira avec vous le projet pour adapter votre logement. Un technicien du batiment validera le projet de l’ergothérapeute sur le plan bâti et proposera les solutions techniques. Un artisan sera alors chargé de réaliser les travaux.

Afin de bénéficier de divers financements, subventions ou prêts, il est impératif de monter en amont les dossiers de demandes d’aides. Si les travaux sont commencés avant l’accord des financeurs possibles (CRAM, MDPH, mutuelles, collectivités territoriales, associations, caisses de retraite, CPAM, etc…), les financements ne sont plus mobilisables.